Feelgood Challenge 7: Contrôler ses émotions avec un cancer du sein: gérer la peur

Un guide pour apprendre à contrôler vos émotions avec un cancer du sein (vous n’êtes pas seule !), et quelques astuces pour recadrer votre esprit pour plus de contrôle.


Un petit guide pour vous aider à contrôler vos émotions avec un cancer du sein


N’y allons pas par quatre chemins : un diagnostic de cancer du sein déclenche immédiatement une crise émotionnelle chez la plupart des femmes. Et face à une crise, nous passons instinctivement en mode « survie ». Nos pensées, nos comportements et nos émotions traduisent notre volonté de survivre à l’agression. Toute l’énergie est dédiée à la lutte contre la maladie, et notre corps produit davantage d’adrénaline pour nous aider à gérer la charge émotionnelle excessive.

Chez certaines femmes, ce supplément d’adrénaline est canalisé sur la gestion de l’urgence vitale alors que d’autres essaient de fuir la situation. Que ce soit pour se battre ou pour éviter de paniquer en faisant l’autruche, ces deux stratégies nécessitent une quantité phénoménale d’énergie.

Malheureusement, plus on reste en mode survie, plus on est susceptible de stresser notre système immunitaire, ce qui affaiblit les défenses naturelles du corps tout en entraînant un épuisement physique. Les opérations, la radiothérapie et la chimiothérapie sont également très fatigantes ; il faut donc faire en sorte de contrôler ses émotions avec le cancer du sein sans que cela ne pèse davantage sur le corps.

Les inquiétudes sur votre futur


Pour faire simple, les inquiétudes se nourrissent des peurs. La peur est un mécanisme salutaire, sur le moment, qui sert à vous prévenir d’un danger imminent (comme un incendie dans votre maison, par exemple). Votre réaction initiale de peur lorsque vous apprenez que vous avez un cancer est utile : c’est elle qui fait que vous prenez la nouvelle au sérieux et agissez immédiatement pour vous en débarrasser. Mais la peur devient un problème lorsqu’elle se projette dans le futur sous forme d’inquiétude. Penser au futur et élaborer un plan d’action pour atteindre vos objectifs est une bonne manière d’aborder les problèmes. Faire l’inventaire de tout ce qui pourrait mal se passer sont des inquiétudes contre-productives.

Ne soyez pas trop dure envers vous-même si vous avez des pensées négatives générées par la peur. C’est comme ça que les humains fonctionnent. La survie est notre fonction principale, la peur est donc une réaction très instinctive. S’il n’est pas nécessaire d’être heureux pour survivre, nous utilisons nos peurs pour rester concentrés sur la lutte pour la survie. Le problème survient lorsqu’on prend la mauvaise habitude de penser et d’agir comme si la survie était la norme, alors qu’il s’agit en fait de l’exception, même avec un cancer du sein. Que faire pour apprendre à contrôler ses émotions avec un cancer du sein éviter que l’inquiétude s’installent ?



Limiter les peurs et reprendre le contrôle


Les inquiétudes dérivées des peurs ont tendance à apparaître dans les moments où l’on est le plus vulnérable et lorsque la situation semble nous échapper. En être conscient permet de minimiser le niveau d’inquiétude et de peur en trouvant des moyens pour reprendre le contrôle sur la situation. « Savoir, c’est pouvoir. » Plus vous vous informez sur le type de cancer du sein que vous avez, sur la phase de la maladie