Feelgood challenge 46: "Votre corps réapprendra ce qu'est l'exercice".

L’importance de l'exercice pendant et après le cancer

L'exercice après un cancer n'a que des avantages : il réduit le risque de rechute dans certains cancers, il réduit le risque d'effets secondaires graves et vous vous sentez tout simplement plus en forme mentalement. Mais comment s'y prendre, avec toute cette fatigue dans le corps et ces soucis dans l'esprit ? Nous avons interrogé la spécialiste de la réadaptation oncologique Sarah Soenen.




Un coup de pouce physique et mental

Ça peut compter. Mais la liste des avantages est encore plus longue : "En bougeant, vous reconstituez votre condition de base, avec tous les avantages physiques qui vont avec", explique Sarah Soenen. "Le fait de se sentir plus en forme renforce également la confiance en soi. Vous croyez à nouveau en vos propres capacités et vous vous inquiétez moins. L'exercice réduit également le risque de rechute et de nouveau cancer. Diverses études ont montré cet effet positif pour des cancers tels que le cancer du sein et du côlon. C'est une raison importante pour laquelle les gens viennent me voir pour la réhabilitation. Cela donne un sentiment de contrôle : si les patients peuvent améliorer leur pronostic de cette manière, ils saisissent cette chance à deux mains. Et il y a autre chose en jeu dans la motivation de la réadaptation, selon Sarah. "Les gens ont un cancer de plus en plus jeune. Ils "doivent être à nouveau là" après leur maladie et essaient donc de rester en forme."



La première étape

Mais qu'en est-il du sentiment : je suis bien trop fatigué pour faire de l'exercice ? "En fait, c'est tout le contraire", souligne Sarah Soenen. "En bougeant, on se sent mieux mentalement, et comme on est plus frais dans la tête, on a aussi plus envie de bouger". Cela n'enlève rien au fait que commencer à bouger peut être une étape très difficile. "Votre qualité de vie est durement touchée pendant un traitement contre le cancer aussi éprouvant. Il y a la fatigue typique, et aussi les douleurs musculaires et articulaires causées par les médicaments. Et il y a le côté mental : la peur de la rechute, la question typique "qu'est-ce que je fais maintenant de ma vie ?", et ainsi de suite." Pourtant, tout le monde peut commencer à bouger après un diagnostic. "Certaines personnes doivent apprendre à faire face à des limitations après leur opération ou leur chimio, ou à des effets secondaires des traitements ou des médicaments. Je pense, par exemple, aux patients ayant une stomie ou aux femmes qui doivent prendre des inhibiteurs hormonaux après un cancer du sein. C'est mon travail de travailler avec eux pour trouver une forme d'exercice qui soit réalisable.


Écoutez vraiment votre corps

Commencer à faire de l'exercice est une chose, mais s'y tenir en est une autre. "Mon conseil numéro un est de le doser", dit Sarah Soenen. "Fixez-vous un objectif réaliste et ne dépassez pas vos limites. Le cancer épuise toutes vos réserves. Les personnes qui ont (eu) un cancer doivent souvent adapter leurs attentes. Abaisser la barre n'est pas facile. Mais accepter vos limites et trouver quelque chose que vous aimez faire dans le cadre de celles-ci est plus bénéfique que de rester assis sur le canapé à s'inquiéter de ce que vous ne pouvez plus faire. Je vois cela tous les jours dans ma pratique.

Vous devez donc "apprendre à écouter votre corps". "Ce n'est pas facile. Dans ma pratique, j'utilise deux mesures : comment est votre rythme cardiaque au moment où vous vous entraînez et comment vous vous sentez après.


Nous nous exerçons avec un moniteur de fréquence cardiaque et je laisse les patients aller dans le rouge pendant un certain temps. Ils apprennent ainsi à reconnaître leurs propres limites. L'autre mesure, "comment vous êtes-vous senti après", porte davantage sur la raideur, la douleur et la fatigue. Et puis, il s'agit surtout de cette fatigue typique liée au cancer qui ne disparaît pas après un repos supplémentaire, mais vous submerge de nulle part et vous assomme. C'est ainsi que Sarah apprend aux gens à capter les signaux de leur corps pendant la rééducation oncologique. "Je dois souvent faire ralentir les gens. Ils sortent de leur traitement avec un tel esprit de combat et ils veulent se remettre sur pied, mais leur corps les retient. C'est assez confrontant. Mais avec la bonne approche et beaucoup de patience, votre corps apprendra ce qu'est l'exercice.


N'attendez pas trop longtemps


Le deuxième conseil pour persévérer ? "Choisissez une forme d'exercice ou un sport que vous aimez vraiment. Faire de l'exercice en compagnie peut être une motivation supplémentaire. Et donnez à votre moment sportif une place fixe dans votre agenda. Selon Sarah, les meilleurs sports pour bouger après un cancer sont la marche, le vélo et la natation. "Le sport le plus ennuyeux selon certains, mais ce n'est pas forcément le cas. Faites-vous plaisir : emmenez des amis, buvez un verre ensemble après, tracez des itinéraires agréables.


Sarah Soenen encourage les gens à franchir le pas pour faire de l'exercice rapidement. "N'attendez pas la fin de votre traitement, mais commencez le plus tôt possible après le diagnostic : plus vous attendez, plus le gouffre dans lequel vous devez sortir est profond. Les hôpitaux d'aujourd'hui insistent également sur la nécessité de faire de l'exercice pendant le traitement." Ce n'est pas facile, mais c'est possible. "C'est plus naturel pour un athlète expérimenté que pour un profane sportif, mais il n'est pas non plus nécessaire d'aller tout de suite au bout des choses." Sarah envoie régulièrement ses patients avec un podomètre.


Structure et contact avec les pairs

Que pouvez-vous attendre d'un programme de réadaptation en oncologie ? Sarah Soenen : "Tout d'abord, vous développez votre condition physique, votre masse musculaire et votre force. Vous progressez, en tenant compte de ces points d'intérêt supplémentaires que le cancer apporte avec lui. Un rendez-vous récurrent de rééducation apporte également une structure à vos journées. Après votre traitement, lorsque le rythme régulier de la chimio ou de la radiothérapie a disparu, il y a un grand vide. L'exercice aide à combler ce vide et à préparer votre retour éventuel au travail. Et ne sous-estimez pas l'effet positif des autres malades : personne ne comprend aussi bien ce que vous vivez que quelqu'un qui a (eu) un cancer. Pour certains des patients de Sarah, cependant, ce contact n'est pas nécessaire. "Ils préfèrent le conseil individuel et c'est bien aussi. Dans ce cas, mon expérience leur apporte aussi une forme de paix."


Si vous désirez en savoir plus, nous vous conseillons de consulter la brochure de l’institut Roi Albert II des cliniques St Luc

https://www.saintluc.be/sites/default/files/2020-09/commu-DSQ-323-importance-exercice-physique-cancer.pdf

Vous y trouverez quelques exercices, des conseils et une feuille de route pour vous aider à atteindre vos objectifs







Billets importants
Billets récents
Archives
Recherche par tag
Suivez-nous
  • Facebook Basic Square